Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 16:39

MAI

 

 

 

Voilà, c’est exactement ça, la mémoire du corps, dit Régis L., tu ne sais pourquoi, tu ne t’y attends pas, ça peut arriver à l’instant, ça peut précéder une date – c’est ainsi que tu expliques et tu fais avec –, ça n’a rien à voir, A. dit, j’ai vu l’ombre passer, tu vis, tu vis, la preuve, tu as prévu le ciel sombre, l’orage, tu as un parapluie dans ton sac, ce sont les expressions de sa mère sur le visage de la jeune femme qui dit, en mai, c’est étrange, c’est cotonneux, c’est mal à l’aise, j’ajoute que j’oublie les dates, pas toutes, celles-ci injustement précoces même si attendues, je prétends, parfois le temps fait œuvre tendre, je vois un peu de mousse et les graines s’essaimant, verdoyant dans les pots, les jardinières,  au parc les fleurs de rhododendron décorent les pins rouillés, l’érable rouge caresse la fougère verte, une toute petite fille s’endort dans son transat, tu poses un linge sur ses jambes nues, tu penses à la fraîcheur de la nuit un jour de printemps chaud, tu sens son corps chaud, tu t’y réchauffes, tu vois l’antenne vibrer de l’envol de l’oiseau sur le toit, tu entends de nouveau l’oiseau à peine l’orage passé, tu n’aimes pas les partances, tu étoiles le ciel, tu ne veux plus penser ni … ni…, voilà, tu pleures en averse, c’est physique, c’est d’une extrême pudeur, un cocktail explosif, une paille.

 

 

 

 

 

 

MAI

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé
commenter cet article

commentaires

emmanuelle grangé 15/05/2015 16:52

photo d'un envoi courrier de Valérie Jung

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche