Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 01:26

 

 

 

Hier je m’affairais à quelque plat, ce soir une partie de la tribu est conviée sur la petite terrasse, il faut que je déplace quelques pots de mes charmantes, la digitale, l’hortensia qui verdoie.

Ce soir est frais, enfin. Tout est frais sur la terrasse, la terrine de poisson, le vent dans les clématites, les épaules du petit, le rosé, le chablis, tout va comme un au revoir d’été. Il y a de la fraîcheur pour tous, une brise dans le Ronsard.

Le ciel est étoilé. Le petit sait la différence entre le ciel et l’espace. Il m’en bouche un coin.

Demain est la partance pour le petit vers l’Atlantique, pourvu que les grands-parents pensent à emporter le télescope, pourvu qu’il n’oublie pas son masque de plongée et ses rêves astronomiques. Pourvu l’attente d’un ciel clair la nuit.

Je ne sais rien. J’ausculte. À travers les jumelles, les voisins de là-bas, à poil, au top, devant l’évier, plus haut, c’est Vénus ! s’exclame le petit, ou l’étoile du berger, ou l’étoile de David, disent les autres.

D’habitude on entend les klaxons dans la rue lorsqu’il y a foot et victoire ; là, on entendait les bruits lointains rassurants de la rue ; avec les jumelles, on percevait un ronflement replet après la canicule, mine de rien, pas dérangeant. On ne sifflait pas, on s’en accommodait. On fera avec.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé
commenter cet article

commentaires

l e b A b e l 06/07/2015 01:50

J'entends bien que l'imparfait ne sert que de guillemets.

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche