Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 15:34

 

 

 

 

La mère était aux fourneaux, le père à la crèche – il froissait du papier kraft, ordonnait les santons, planquait le petit Jésus. Le père avait dans le tiroir de son chevet un crucifix qui datait de sa communion, en bronze, que j’ai réussi in extremis à placer dans le cercueil ; il avait aussi dans le même tiroir une cuiller tordue qui, semble-t-il, lui avait sauvé la vie – laquelle ? je ne sais toujours pas. Et un hameçon emplumé pour pêcher la truite.

La mère était aux fourneaux, sans superstition, elle. Il lui arrivait de trop cuire le faisan du père chasseur-pêcheur. C’était sec et des éclats de rire. Elle ouvrait une boîte de sprats, une autre de marrons glacés venue de France, c’était meilleur. Elle était pieds nus dans une longue robe orange. Elle avait enguirlandé les plantes de l’appartement de petits ramoneurs porte-bonheur. Nous, les enfants, étions sapés, coiffés. Le père nous contait Victor Hugo – toujours le même poème –, la mère nous rejoignait dans son effluve désolé cramé, son grand front auréolé de cheveux blonds, son odeur si douce. Nous passions à table, nous évitions de tacher le chemin de table doré, c’était pas gagné. À chaque Noël, il neigeait à Berlin, je le jure !

Le 25 décembre, il y avait des cadeaux que nous découvrions sous l’arbre festif, il y avait déjà des cartes de vœux de tous pays, enveloppées, joliment dressées sur les guéridons, que les parents nous liraient plus tard. Et le petit Jésus par miracle sous le kraft. La mère agaçait le père avec Chopin sur la platine. À la fenêtre, nous nous gelions,  nous lancions du pain aux mouettes sur la Spree, la mère criait joyeuse, à Rosa Luxemburg ! La mère était une grande nageuse, alors quand elle est morte, nous, les enfants, avons offert son urne à la mer. 

 

 

 

 

évidemment, je me rappelle les souvenirs joyeux

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé
commenter cet article

commentaires

l e b A b e l 27/12/2016 01:40

ce crac, c'est pas le dégel, c'est des trucs qui se brisent doucement en lisant.

Hervé Audibert 26/12/2015 00:17

Plaisir chaque fois renouvelé de te lire, avec la frustration de ce texte trop court, mais d'une densité qui peut la faire oublier.

l e b A b e l 25/12/2015 19:44

Lu avec gourmandise, en sapin et sépia.

Soleildebrousse 25/12/2015 17:03

Des paillettes dans les yeux ...je frotte c'est si bon de te lire :)

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche