Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 18:57

Aujourd’hui elle a trouvé tous les prétextes, les bons, pour ne pas

travailler :

 

Il faisait soleil, les pivoines en vase au séjour dans la fraîcheur de la

nuit avaient resserré leurs pétales, les deux frangipaniers au bureau

continuaient de déployer leurs nouvelles feuilles, les euphorbes milii

rougeoyaient, à cette heure-ci, près de la fenêtre les orchidées

exhalaient cette gracile senteur vanillée poivrée rosée, ce presque

rien, le lilas en terrasse embaumait, le vieil hortensia bichonné enfin

refleurirait cette année – elle voyait les corymbes blanchâtres dans

leur couronne verte –, la mélisse ronde joufflue se plaisait au pied du

rosier, elle taillera plus tard dans la livèche pour assaisonner des

pâtes, des légumes, que sais-je…

 

 

Il faisait temps de lire l’ami canadien qui écrivait l’âme, sa douce, ses

bras tapant la balle contre le mur, ses jambes à vélo là-bas – c’est là

qu’elle a trouvé le bon prétexte, sans lui elle n’aurait eu l’alibi.

 

Et puis, il faisait plus doux, les nouvelles arrivaient consternantes,

révoltantes, parfois réjouissantes, espérantes, mais surtout, par-

dessus tout, elle avait évoqué qu’il faisait doux. La preuve, à 17

heures, elle pouvait jurer, sur la tête des trois sœurs, que les

bourgeons du rhododendron avaient enflé d’aise depuis ce matin.

 

En son bureau elle a gardé basculée, ouverte la fenêtre sans doute

jusqu’à la nuit. Comme ça. Ce temps fessu des nuages blancs

accroche-cœur.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé
commenter cet article

commentaires

Jean-Marc 06/06/2016 14:32

ne pas travailler, mais saisir le jour
donner à voir tous les parfums
respirer le déploiement

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche