Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 12:06

 

 

 

 

 

 

 

Je prendrais bien un petit rosé, j’aurais revêtu une petite robe à fleurs, chaussé des sandalettes à  fines brides, tout ça, à la terrasse du Bar Minot sous les micocouliers, près de la fontaine aux gouttelettes.

 

Mes petons aux ongles vernissés seraient chatouillés par le brin d’herbe que Jeannot s’amuse à faufiler entre les orteils des touristes,

 

« pitis, pitis », siffle Jeannot à quatre pattes, caché pour toujours sous les tables, au travers les barreaux de chaises, de jambes, et les touristes, et moi touriste de nous affoler, de donner le change au gamin aux genoux croûtés, au rire aigu, d’en redemander

 

parce qu’on chérit Jeannot, qu’on retrouve l’été un cheveu en moins, des taches de son en plus sur le crâne comme autant de piquages minuscules

– comme quand j’étais au jardin d’enfants et que je m’ennuyais à découper à l’aiguille des formes –

 

qui cherche la petite bête

 

parce que sans Jeannot y a plus de Minot ni de petons chatouillés ni plus de conversation convenue interrompue à propos du paysage,

 

trouée par les brindilles de Jeannot qui nous énerveraient longtemps encore les pieds

 

si les éclats reçus là-bas qui l’avaient promu orphelin parmi tant d’autres sur l’estran, à Seillans ou ailleurs,

 

en Syrie par exemple,

 

ne l’avaient empêché de grandir, ne l’avaient tué au petit matin

 

malgré tout l’amour des bistrotiers pour lui, Yahya,

 

leur Jeannot devenu, ce mioche à niches à l’abri à ramper sous nos tables, à nous agacer pour de vrai en été sous l’azur. 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé
commenter cet article

commentaires

Jean-Marc 06/06/2016 14:09

Il y a des Jeannot de par le monde, irremplaçables

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche