Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 14:37

 

 

 

 

J’ai assisté à plusieurs mariages, je ne sais pourquoi à chaque fois mes yeux s’humidifient – la chaleur, les parfums, la claustrophobie en salle de mairie, …

J’ai été demoiselle d’honneur, une photographie l’atteste, j’ai une couronne de fleurs, l’air maussade voire mauvais, ma mère disait que la cérémonie durait et que j’avais faim, j’ai dû pleurer.

J’ai été témoin, ma signature figure, propre au moment précis du paraphe.

Pardon, je ne me souviens guère des dates… Je sais que j’y étais de toute mon âme, de tous mes yeux embués.

Je revois Dominique en arceaux crinoline le soir de son mariage, son corps sous les arceaux, impertinente ; aujourd’hui elle est morte, je ne sais depuis quand, c’est impensable.

Samedi soir j’ai bu du champagne avec Régis et Sébastien – beaux, très beaux –, l’automne arrivait, et sa subtile fraîcheur canaille. J’étais conviée pour la première fois à un mariage institutionnel (je cherche un synonyme, mais non, ne trouve pas ou ne cherche pas) homosexuel. Mon intitulé « …homosexuel » date de maintenant, 13:47 ; samedi soir, nous étions en verve, causeurs, embrasseurs des jeunes mariés, sans autre pensée.

J’ai pleuré dans les bras de Régis qui pleurait aussi, des larmes de joie, de reconnaissance comme lorsque nous répétions Ainsi se laissa-t-il vivre d’après Robert Walser, mis en scène par Guillaume Delaveau, étonnés par ce qui nous arrivait, le texte trouait nos yeux, demain, nous contiendrions notre émotion lacrymale, nous sommes des messagers, des acteurs.

Samedi, des enfants, des parents, des amis et leurs enfants et leurs parents allaient, conversaient, souriaient, riaient, nous nous croisions sous la banne rouge à la Villette, ça n’est pas courant, j’avais verni mes ongles de main, le répétais à qui ne les voyait – je buvais du champagne et le rouge de l’auvent écrasait toute couleur… Je rencontrais pour la deuxième fois David L. qui arrivait de Tanger. Je reconnaissais le frère de Sébastien, ils se ressemblent tant.

Au temps pour eux, uniques, vivent les mariés Régis et Sébastien !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé
commenter cet article

commentaires

Frank Lovisolo 19/09/2016 16:32

Et au premier plan...

l e b A b e l 19/09/2016 15:15

J'ai compté le temps en mariages, puis en naissances, puis en communions, puis en divorces des parents ou funérailles. Cependant, tu vas bel et bien : il se souvenir des choses gracieuses. Et s'en souvenir bellement, comme ici.

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche