Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 15:29

 

Louise est morte aujourd'hui à 4:50.

4:50, ils l'ont veillée à l'EHPAD.

Elle se mourrait depuis d'autres morts.

Elle conduisait sa vieille bagnole, on lui disait, c'est pas sérieux, Louise. Elle s'entêtait pour aller au culte de Grenelle.

Elle s'est cassé la gueule. Plusieurs fois.

On a placé dans sa chambre un lit avec matelas adéquat pour bassin et cie fracturés, leviers pour les jambes ou la tête, ou tout à la fois. Et un déambulateur.

On a continué à remplir les jardinières du balcon, et Olga, et Pierre, et Thierry et moi, de tout sauf de fleurs roses qu'elle détestait.

On déjeunait avec elle. Ensuite elle combattait le sommeil, elle faisait semblant de dormir.

Une fois, une seule fois, j'ai coiffé ses longs cheveux maigres, j'ai coupé des tapons, doucement, parce qu'elle me le demandait.

Parce qu'elle me le demandait, je lui ai apporté mon roman. Elle a pris une loupe. Elle s'est endormie.

Un jour elle ne se réveilla pas, elle n'allait plus à la cantine, pardon, au restaurant d'en bas, elle n'avait plus faim ; dans sa chambre sur le mini frigo, des kiwis de fin de repas d'antan mûrissaient ou ramollissaient, pourrissaient ; dans le mini frigo, des petites bouteilles d'eau : Louise ne buvait que de l'eau très froide. Ce jour, Thierry me téléphonait de l'EHPAD à voix très haute pour qu'elle se réveille. Elle ne se réveilla que le lendemain, à voix pleine d'humour comme elle s'y entendait, au téléphone. Bonnes vacances !

Dans mon placard, quelques chemisiers que Louise m'offrit, fanés, que je garde, qui sentent le vieux, dans la salle de bain un flacon d'eau de lavande, dans des tiroirs ou ailleurs, des numéros de La Hulotte pour Léna. À la Pinède, les pots vides de fromage blanc pour les restes, les fanes de radis pour la soupe, les parties de scrabble, une promenade sur la Grande Côte, feu Laurent, son fils.

Louise avait choisi la maison de retraite, elle avait vendu l'appartement du XVe, elle avait acheté un appartement pour Laurent. Elle avait aimé un homme qui l'avait aimée qui était mort qui était le père de Laurent qui était mort. Louise en avait marre, tu comprends, alors elle a fermé les écoutilles et donné son corps à la médecine. J'aimais tant m'agacer avec elle qui gagnait toutes les parties de scrabble : je te pensais plus intelligente, disait-elle. Chère vieille Louise...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé
commenter cet article

commentaires

l e b A b e l 15/08/2017 17:27

Et le temps de cette Louise s'est replié comme un carton de Scrabble. On lui souhaite que "vie" compte au moins triple.

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche