Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 10:25

Vous ouvrez la fenêtre, il fait très chaud à Cuzco, la Plaza de Armas est évidemment entourée de barbelés. Je vous lis le journal français, lorsque je m'interromps, vous tournez la tête vers moi, le rideau vous voile. J'entends les pales du ventilateur et votre souffle très sérieux au-dessus de moi, vous froissez mon journal.

Nous sommes arrivés par le bus, la montagne et la route nous ont aspergés de poussière, nous avons dégotté une chambre, nous avons abusé d'eau sans vergogne. La literie n'est pas humide comme à Lima, vous décapsulez les bouteilles de limonade sur le rebord du lavabo, rien ne vous résiste, vous mélangez le gin de l'aéroport, nous voilà dans de beaux draps.

L'instant n'est jamais vain, le futur plus périlleux. J'avoue que votre mixture est incertaine, je parle de goût bien sûr, c'est donc là-haut que nous allons grimper, du lit je vois la montagne, nous emprunterons le train des Indiens tôt, peut-être pas demain.

Les enfants nous interpellent, gringos. Je serre plus fort mes cheveux sous mon chapeau, je ne prends de photo que lorsque je suis seule dans la montagne, la vallée sacrée des Incas se révèle insipide à l'arrivée, j'ai une pellicule verte et grise et bleue parfois. Les enfants nous regardent manger dans le restaurant, ils attendent les restes, vous faites en sorte que je ne les voie pas, vous déployez vos épaules. Je ne sais pas voyager là-bas, mais je ne suis pas malade dans le train à crémaillère. Versez-moi un gin limonade. Je me penche légèrement à la fenêtre, par delà le Bois de Vincennes, je sens l'odeur des graillons à la gare de Cuzco, je monte vers Machu Picchu.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche