Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 10:27

Ne pas crier, les mères le disent toujours, elles plongent les sourcils immuables vers leur progéniture, elles disent bien des choses rattrapantes, assourdissantes, elles ont une odeur reconnaissable même après avoir été jetées dans l'océan, enfin, je dis ça...

C'est dommage et encourageant le départ d'une mère. Qu'elle parte tôt ou un peu plus tard, je précise, de convenance, elle obtempère au désordre des choses.

La Jeanne de l'Est s'est débrouillée avec les remous, l'urne était officielle, le jeté, pas facile, vous m'avez aidée à la larguer assez loin pour que les rochers ne l'égratignent pas. Je n'ai ni votre force ni votre sens de l'orientation pourtant je sais bien que le soleil se couche.

Donc je disais que je crie rarement, je hoquette ou je m'embue, parfois les deux, ça donne du rouge sur le tremblement des lèvres et du chaud-froid comme les omelettes norvégiennes.

Après je ne sais plus, m'avez-vous traînée jusqu'à la maison ? J'ai dû faire la molle et m'enfermer. J'ai dû revoir les plages de la Baltique et les Strandkorb du Nord et ma blonde délurée nageant dans les 10° de l'eau. Elle m'embrassait, me tâtait dès qu'elle pouvait, elle m'étouffait à la renverse, elle me lisait Kropotkine et Céline, je vous assure, elle enfilait un smoking et partait à l'assaut des ambassades à Berlin Est. Je vous parle de l'insolence élégante qui n'a plus lieu. Sans nostalgie, vous vous en doutez... Il y avait bien, près de son chevet, « Belle du seigneur », mais de ça et du froid de Minsk elle ne soufflait mot.

Le printemps arrive, savez-vous, les violettes n'ont qu'à bien se tenir. Vous préférez rester avec moi plutôt que d'aller au théâtre.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche