Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 10:32

Je pensais 5h et plus avec vous, le saule versait dans la boue, nous étions revenus à Paris, baguenaudant vers le musée d'Orsay. C'était un jour presque gai, le printemps faisait la une, larmoyait de pollen mes yeux.

J'ai beau dormir 9h, je ne suis guère vaillante dans nos saisons-là, j'ai le souffle court et le rappel de l'enfance où ma mère me faisait boire des orangeades glacées, plaçait des clefs froides sur ma nuque pour arrêter les saignements de nez. Je vomissais rouge, mes tresses coagulaient. J'ai encore les accroche-cœur de ce temps-là.

Je suis forte néanmoins, vous le sentez, j'enserre votre corps de tous mes bras et mains, le principal, avant nos divergences de tête, de longueur d'ondes vaudrait-il mieux dire. Il ne faudrait vivre son espèce qu'à chaque personne trouvée, je veux dire dégager ses souvenirs de tous les encombrants, renaître de peau imberbe de zébu. Vous demandez ma bouche, elle n'est qu'à vous. Nous dînons de nous et de bonne chair. J'aime les quais industriels, anonymes, éclairés par vous que je quitte l'espace d'un endormissement frileux. Je dors sur le ventre, une strie sur l'œil qui a oublié l'antihistaminique, une jambe sur la vôtre.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche