Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 20:47

On ne dirait pas comme ça, enfin je savais presque.

Au milieu des oliviers du 20e sous la charpente métallique après un mojito
au « chien perdu » -je ne suis plus sûre de l'enseigne, mais sûre que ce n'était pas une chienne- rue Boyer, 1 j'étais en avance, et la douceur avec moi même si quelque souvenir-passage par-là me chavirait.

La chanteuse s'est avancée, elle était en coulisse puisqu'elle avait encore ses lunettes noire et déjà l'impertinence de sa blondeur.

Oh jeunesse si intelligente immédiate, (j'étais si gourde, moi, alors, moins aujourd'hui ?)

La voix.

Et puis celle derrière le micro grave mine de rien au milieu des braillards de la Bellevilloise, la tête nerveuse d'affirmation, l'humour n'est pas loin, la concentration offerte, ce mélange de sérieux et de plaisir, tiens, oui, une artiste, c'est ça. Mine de rien et d'affirmation.

Je sais son nom, il est roucoulant et âpre. Un coup en plein dans notre histoire. Je le dirai plus tard. Comme j'ai bien fait de renoncer à ma tanière pour aller là-bas.

L'enveloppe des samoussas est devenue molle, l'oeil était tendu vers la scène.

Je te suis, princesse.

Et toi, si à côté pudique, offert à elle, prends garde aux coups de soleil et ne déroge pas...

Vous avez été mon plaisir infini.

(4 octobre 2007)



link
 (commentaires sur myspace) 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans Anne-Olivia Belzidsky
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche