Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 17:15

Il y a des écoeurements d'habitudes. Je me brosse les dents par clairvoyance pour la journée, pour le livre du soir et parfois, quand c'est possible, pour décaper une idée. Je n'ai pas de brosse à dent escamotable ni d'échantillon de dentifrice dans mon sac, dans les avions, j'en trouve, dans l'hôtel au Japon aussi, aseptisés dans de petits emballages nacrés.
Il y a une couche après l'autre à écoper comme dans un bateau chaloupé.
Ma maison est vide d'objets, de traces, aujourd'hui, non que la tornade y soit passée, non, ma tête a eu raison de tout cet amassement de poussière, je ne manie pas mieux le chiffon, comme vous, il m'arrive de jeter par terre les vêtements pour glisser sous les draps et sentir nos ventres et les odeurs qui changent au fur et à mesure de nos enlacements.
La place de la Nation est recouverte de feuilles très vert tendre à croquer comme si nous avions oublié la ronde sempiternelle des saisons, comme si de neuf et des yeux j'éclosais.
Je passe la place Dauphine, et Nadja, et Breton, et le restaurant « la Mule et l'Ane » qui a disparu, la Samaritaine est fermée, de là-haut nous voyions les toits et l'eau. Je sens votre hanche à la mienne et notre toit, ses rideaux, son lit, sa table, deux chaises. Ce n'est plus une habitude, ça flotte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine 17/05/2008 04:03

J'aime penser que de se brosser les dents peut décaper une idée!

edouard 11/05/2008 11:20

D'abord une impression de bâtons rompus, puis relecture et l'on découvre un fil en filligrane, qui n'a rien d'un fil dentaire, quoique tes mots l'air de rien sont à mordillerr comme un fruit bien fendu.

soleildebrousse 10/05/2008 09:58

Le vert tendre à croquer. Je le vois, le le sens et le ressens.
Pour les terrasses, Paris en contient tant d'autres....

marina 08/05/2008 00:35

toujours autant de plaisir à te lire. Je vois toutes les pensées qui nous traversent. Et ça flotte !

Christian 05/05/2008 15:32

Et il fascine de plus belle, oui, ce fil (jamais rompu sinon au talent de grand style) d'une écriture sans pareille! Ce bateau a décidément là une merveilleuse étrave pour fendre ainsi les eaux sans entraves ni superflus de surface, vers des lieux et pour des instants toujours en suspension, comme en apesanteur. Et on n'en finit pas d'aimer!...
Merci, Emma.
Je t'embrasse.
Ch

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche