Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 13:00
J'envoyais une photo puis m'arrêtai sur l'envol des années, c'est lorsqu'on commence à compter par dix qu'on recherche sur le papier glacé la petite veine bleue toujours présente à la commissure gauche de la bouche.
Le front est haut, le cheveu enroulé, les chaussettes plissées aux chevilles de crevette, le sourire posé grand ouvert, l'œil rond, sans doute les chaussures pleines de sable déjà. La fillette a bien voulu suspendre le jeu de la balançoire le temps de la photo, la pointe des pieds piquée dans le sol, en danseuse, la fesse en équilibre sur la planche, les grandes mains déjà agrippent les chaînes métalliques. A l'arrière-plan, un immeuble sans goût, quelques volets fermés, il doit faire soleil, c'est un début de saison, la petite porte un gilet, une jupe plissée.
La photo est en noir et blanc, bords crantés prise par la mère avec l'appareil Agfa. Je me souviens, il était amusant de déployer en corolle le flash.
Dix mille vies et qu'une seule. La peau n'a pas changé, cuisses marbrées en sortant de l'océan vif, sauf les périodes marquées en sillons, en creux d'humeur, les bronches toujours délicates et malmenées, les jardins secrets rafraîchissants, les pourquoi retors, tête-bêche dans les livres donc le dos qui coince pour position incongrue ou pour coup de vent dans l'âme, bref tout est là buté en route vers le dénouement.
Le sable de l'aire de jeu est très clair avec une seule balançoire et le ciel itou de couleur. Les gris sont multiples, il n'y a quasiment pas de noir. Je dis ça de mémoire parce que j'ai envoyé la photo scannée et l'ai remise dans son tiroir.
Je pense à Solveig Dommartin dans « Les ailes du désir » depuis un bon moment, depuis peut-être la deuxième phrase écrite. Au temps pour moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans histoire de famille
commenter cet article

commentaires

zoubida 01/06/2008 20:53

émue, "dix milles vies et une seule"...oui, il y a des moments où l'on s'arrête, où l'on reprend son souffle...où on le rattrappe juste un moment

mAnaniya 01/06/2008 18:21

Et voici que je le perçois ce temps à qui l'on voudrait demander parfois de suspendre son vol... Eternité de l'instantané !

Christian 01/06/2008 14:09

Cette intensité du flash, cet instantané en vive mémoire ne se figent jamais dans le doux et prenant déboulé, balancé si aérien, de tes mots... Et cette image déployée en éternité, ces "ailes du désir", oui, cette inoubliable actrice!
Je t'embrasse.

Guardiola 01/06/2008 09:34

Je ressors encore de "l'océan vif" de ta veine, comme d'un bon bain frais, du genre qui rend le soleil souriant.

Thierry Benquey 31/05/2008 18:29

Ou pour coup de vent dans l'ame.
Change-t-on vraiment ou bien est ce notre carapace de protection qui affleure à la surface ?
Je t'embrasse
Thierry

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche