Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 16:09


Oh prière de te voir enfin fanée et en cendres sans plus de couleur pour la céramique à feu, mais à qui si ce n'est à toi qui n'en finis pas de partir de tes longs bras empêtrants ?
se voir nos cuisses et nos mots indissociables,
la tête de l'une, celle de l'autre (pourtant elles ne sont comparables, il est beau, sais-tu ?),
les cogner ne ferait qu'éclabousser et salir en vain,
vite à Beaubourg, ils s'étalent, les serpents de Miro avec vue sur tous nos monuments,
tu es colossale en moi, vous, mes étoiles animaux, reptile chaud avec langue bien pendue,
anniversaire de Beslan,
je trinque au mur qui m'a vu naître, remarquez la non majuscule pudique,
pourquoi en allemand tous les noms ont-ils de grandes ouvertures composées ?
je calcule l'âge que tu aurais aujourd'hui, je ne sais plus quand tu es partie, soufflée ailleurs...
Jeanne, ma Jeanne de l'Est, mon apprentissage, ta joue à la mienne, si charnue, jubilé sans bolduc,
ma rose de matin aussi sur un café...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans à vous
commenter cet article

commentaires

Patrick 19/06/2008 15:53

Magicienne, tu domptes les mots, les vide de leur sens pour leur donner ton sens. Tu les malmènes, les écartèle et le résultat est impressionnant. Rythmé et fulgurant, comme un cri plein de douceur.

Thierry Benquey 16/06/2008 17:54

Quel rythme !

hervé pizon 16/06/2008 16:32

...

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche