Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 17:05
Impasse Florimont, Paris 14e, tous les fantômes sont présents, Jeanne, Püppchen, les chats. M. Pierre Oteniente, « Gibraltar », est assis en face et à bonne distance d'André. Sur des chaises, sur des bancs de fortune, aux balcons, par terre, nous sommes nombreux dans le jardin d'Ivan à dîner, à boire, à se rencontrer, collés à la maison de Brassens.
En fond de scène, deux grandes photos du poète accrochées sur le mur de verdure, le chanteur fait un pas dans l'antre des puristes, à savoir les d'emblée dubitatifs, il met sa casquette, le pied sur un tabouret, normal, je n'aime pas les bandoulières de guitare, il dit. Olivier Battle est à la contrebasse, un fou contagieux.
André Guardiola ne fera pas de courbette appliquée, il chantera en modeste illuminé, parfois il nous dira un mot quant aux emiel des abeilles, il préfacera Villon et Hugo, il regardera les photos de Brassens et nous chuchotera « les trois quarts du boulot sont faits ». Il déclinera en grâce et en humour, et peu nombreux sont les gracieux à la tête bien faite, j'affirme, les chansons les moins fredonnantes, les plus stigmatisantes, j'affirme, j'ai entendu. Il y avait un artiste hier soir, je signe, dans cette enclave désormais entourée de tours immeubles.

« Vous envierez un peu l'éternel estivant,
Qui fait du pédalo sur la plage en rêvant,
Qui passe sa mort en vacances »
(Georges Brassens)

 


link André Guardiola
link guardiola
link Olivier Battle 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans à vous
commenter cet article

commentaires

Thierry Benquey 29/06/2008 18:08

Ah non alors ! Si les abeilles se mettent à faire dans le virtuel...

Amitié
Thierry

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche