Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 14:38


A ceux sans vergogne, n'est-ce pas ?

Sans plus d'opéra

-sinon toute l'Italie déploierait son linge tordu de lamento furioso-

Dans les ruelles de Venise, certains se perdent à ne pas voir perchées

les chevelures enduites exposées au soleil.

L'hymen se répandrait-il

de corsage entrouvert à la gorge exclamative ?

Hautes les âmes,

cuisses jubilantes en dedans,

mains convolant,

yeux bridés par le carton pâte.

Pourtant, évidents élus,

le henné seul en lourdes contradictions vous aurait-il happés ?

Et coulent les étages du ciel vers Murano de sable gonflé.

Couleurs de ces terrasses secrètes

amphibiennes en diable

objets de vitrines consignées

gynécée en moucharabieh

lapidation de fait

et de tête.

Feu.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans allez - des poèmes
commenter cet article

commentaires

Edouard 08/07/2008 11:16

parmi les anonymes, les moutons, les robots, les fantômes, les ombres, les insipides, les humanoïdes, les décolorés, les plats, les décérébrés, les vernis sans rien derrière, toi, tu es quelqu'un, et pas n'importe qui; Quelqu'un de rare, et je suis heureux d'avoir fait la connaissance de tes splendeurs (mais pas totues, bien sûr) par le biais du virtuel. je t'embrasse bien fort, et te souhaite des planches de bonheur.

Thierry Benquey 03/07/2008 09:38

La chaleur de ce texte n'est pas forcemment en relation avec celle de l
'été. Soleil, feu, diable, moucharabieh, cuisses jubilantes. Un texte inhabituel, plein de fougue que j'ai beaucoup aimé
Amitié
Thierry

Alain 02/07/2008 19:44

Ravissement de chacun de tes textes, que tu chantes Venise ou Berlin emmêlées dedans tes souvenirs

hervé pizon 02/07/2008 15:18

les masques, ta plume...}

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche