Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 12:13
D'où reviens-tu, inexprimable
presse-agrumes lourd de verre,
pépins aux bords des crans du Dôme
où du poisson nous faisions deux assiettes
après avoir franchi le square du Marais ?
D'où sonnes-tu , requin de Maure
près de Poitiers froncé de sourcils
crin de fer noirci de soleil
en châtaignier stérile
où j'ablue mes lèvres charnues ?

Est-ce ainsi en moi
et nul ailleurs

Comme tu lèves la maladie en voiles,
goûteux de Côte Roannaise
livrée sur verres gonflés,
mains délivrant l'empesé de la nappe
et l'ancre des marins frigorifiés !
Comme tu tombes dans le mitan
jambe en fenêtre de proue cocasse
yeux en fentes serpentines
pour mieux inspirer
les creux de mousse marine !

Dedieu sans toit
et par delà

Prenons par exemple Honfleur morte,
givrée en ce seul mois bissextil
pendant aux Roches Noires
comme à la jetée
où les yeux s'emplissent de rouge et d'eau.
Il suffit d'un rade
au souffle tempéré
qui pâlit les larmes des bienheureux
attablés sur les vapeurs
d'une soupe en menu survolé.

De temps advenu
toujours
je tais l'émoi.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans à vous
commenter cet article

commentaires

hervé pizon 21/09/2008 14:33

Commentaire l'émoi...}

soleildebrousse 20/09/2008 14:53

Berceuse marine..
Au travers du voile de ma fenêtre je te vois. Regard porté au loin qui cherche en toi l'heureux ménage. Remue-ménage de ton esprit.

Karine 19/09/2008 15:49

Que c'est beau!
Des mots et un style qui me séduisent!

Thierry Benquey 19/09/2008 12:26

Une profonde beauté et un rythme fantastique
Merci Emmanuelle
Je t'embrasse
Thierry

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche