Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 01:08
De quelques choses murmurées je déroule un kélim
assez vaste pour qu'il recouvre vos cuisses
et vos cheveux cendrés.

Je tais la musique
elle ne peut qu'enfreindre le défilé.

Dehors il fait encore assez gris.
De musaraignes recouverte
la nuit se vautre pour une fois renouvelée

Il paraît pâle
qu'il fera plus froid demain.

Vous n'ajustez que vos lèvres
à Europe rassasiée d'étoiles
je file entre vos dômes vert-de-gris

dehors blafard
je le disais en chuchotant.

Une femme fut apaisée encore
hier ou avant ? Encore...
Un mélange détonnant toujours.

Comment ?
Une pirouette
une de plus
un grand boum
la femme
disloquée
à côté
de
son fils

broderie.

L'homme arpente délicieux
le cou de la femme
tout s'éternise.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans allez - des poèmes
commenter cet article

commentaires

patrick 08/10/2008 17:41

Beau et captivant.
Après t'avoir lu, ne plus rien dire...de peur de déchirer le silence...
merci...

Alain 04/10/2008 16:11

De ce contact entre deux corps et des syncopes de tes phrases tu fais naitre l’éternité…

hervé pizon 03/10/2008 10:04

On croit voir le bout de l'infini tant c'est beau...}

soleildebrousse 03/10/2008 09:53

Kadish comme dirait un ami que je connais bien...
oui, c'est toujours un ravissement pour les yeux et l'âme ici.

Thierry Benquey 03/10/2008 09:47

Une éternité dont je reprendrai bien un morceau.
C'est beau
Thierry

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche