Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 10:26

Il arrive que la pluie dégouline des baleines fracturées par le vent dans les yeux aux cils clairsemés.

Elle se défendait toujours des tours que lui jouaient les pages d'un livre ou les mots lancés de l'autre sur la route serpentine, elle posait des cabanes d'osier sur les plages du Nord et, sur ses jambes, les plaids de la Montagne Magique, mais, là encore, le sable venait se frotter aux paupières jusqu'à les faire goutter jusqu'à débobiner la laine de ses chaussettes. Les bottes devenaient paquebot, et seul Jonas pouvait emporter celle qu'on nommait sans pavane l'Ethérée.

Si on chausse les lunettes idoines, on peut encore l'apercevoir sous un angle bien précis crawlant de tout son duvet hérissé, d'Akureyri à Knysna, de long en large, sur son dos la main bienveillante du Maudit.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine 16/10/2008 15:05

Très beau texte. J'adore ta première phrase.

hervé pizon 15/10/2008 17:47

Grands ouverts.

Thierry Benquey 15/10/2008 11:22

Jusqu'à débobiner la laine de ses chaussettes, j'ai adoré mais je me demande d'où sors tu des trucs pareils
Rire et sourire
Thierry

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche