Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 11:13
Sous l'effet des précipitations abondantes les végétaux ligneux ployaient lentement et la branche gourmande se prolongeait de ramure larmoyante à rameaux graciles noyés dans le reflet ondin de la pièce d'eau.
Et chacune de ses terminaisons, telle une plume, griffonnant sa peau blanche engourdie de cet éclat qui rejaillit, rehaussé de teintes automnales.
C'est ainsi qu'il la voyait. Elle, se mirant.

 

Hervé Pizon


note : j'ai suggéré d'écrire chacun un texte à partir de cette image choisie par moi. (H.P.)

 

 

photo E.G.

 

 

 

 

L'ami que plus tard j'appelais mon frère avait la fâcheuse tendance -surtout pour la lingère, mais qui était-elle ?- de me précipiter genoux en premier dans les flaques d'eau, ma main agrippant ses cheveux, nous buvions ensemble la tasse boueuse. Nous avions la même taille, la même classe de sixième, il était plus fort en maths, je parlais le Hochdeutsch de Meissen -t'as qu'à croire- Nous filions ainsi du Gymnasium jusqu'à l'âtre de la maison, un bleu par-ci, un rire par-là, en douce nos mères nous rattrapaient avant l'orée de notre tanière, recousaient d'autres boutons nos chemises, embaumaient de mercurochrome tout ce qui de rose avait viré au sang. Le Tiergarten, les Tuileries s'en souviennent et paillettent leurs eaux des éclats de nos yeux.

 


E.G.

( voir dans mes liens myspace Hervé Pizon et overblog Hervé Pizon)

 

 

 





 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans à vous
commenter cet article

commentaires

hervé pizon 28/11/2008 12:20

Moi aussi je la connais cette E.G. !
(encore Merci)

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche