Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 17:07
Il ne fait jamais bruit lorsque le cerf-volant se déplie ; sur le sable, tu ne déplaces pas un grain. L'eau afflue, ne clapote pas plus autour des pieds. Tu perds quelques centimètres en terre, les multiplies en bras tendus sur les manettes.
Je voulais te dire, les mots arrivent de justesse, entre langues je te comprends, puis je te confonds avec le jour qui trombone opaque. Il me faut la nuit en veillée silencieuse. Et mon sein contre le tien, ventres.
Comme au musée dans l'alcôve du souffleur à la lampe.
Ce que jamais tu n'entendras en clair, mais si d'un battement de main je m'envole, me diras-tu que je surface là où nous n'avons de lieu ?
Au diable le jour, la nuit ! En exergue sans temps mesuré, ce que de toi j'ai perçu, un laps de pluie, et la goutte qui déroule suivant la méchanceté du carreau son chemin vers le mastic de la fenêtre. La nuit n'est pas différente du jour. Des ailes qui s'agitent en cieux confondus. Il fait jour demain aux horaires des expositions, je calfeutre mes oreilles aux nues de toi.
Le cerf-volant hurle aux vents ! Chute attendue, n'est-ce pas ?
Ceci est un exemple abrégé d'amour. Ceci n'est pas exemplaire. Ceci est de chair. Tu entends cela.

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans à vous
commenter cet article

commentaires

Thierry Benquey 20/01/2009 11:55

Tes mots me bercent comme la houle
Merci
Thierry

zoubida 20/01/2009 05:25

le bruit s'entend, il entre, se diffuse...ces bruits là n'ont besoin d'aucun vacarme, à peau levée je t'embrasse

Sert 19/01/2009 18:42

Toujours cette extrême sobriété pour une rare intensité.
Oui, il est bien là le Souffleur à la lampe ... luminescent.

stephanie gaou 19/01/2009 17:13

oui, je crois que j'entends...

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche