Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 18:04

Il crée tous les soirs la table du petit déjeuner pour le lendemain: des cuillers à creuser les confitures en pot, les œufs coque, des à araser de poudre de chocolat, d'autres à côté des tasses pour taper le morceau de sucre dans le lait froid pour tous les enfants. Ce faisant, il a le rictus de l'appliqué.
Le matin, elle décale, invariable, la soucoupe de la tasse, aucune miette de pain ne s'en mêle, la plupart du temps, elle a le regard mi-clos vers l'immeuble loin en face -il nettoie régulièrement la vitre-, elle reconnaît le printemps au couple de pigeons à coups d'ailes bruyantes. Ils lui soulèvent la paupière. Elle prend le parti d'un seul café noir.
Le manège dure depuis des années
le manège grignote l'estomac
le manège à centrifugeuse fixe
le manège qui le fait grimacer, lui, le père sans plus de ressort que le geste quotidien que le pas devant l'autre, une idée fixe en tête. Il part travailler, il revient chargé de paquets le soir dans la maison. Les portes des chambres s'ouvrent. Les baisers sont bruyants. Elle tend la joue puis l'essuie. Elle caresse la nuque du père, celle des petits autour de la table. Elle ferme sa porte. Le matin, elle trouve les livres qu'il a déposés près de sa soucoupe, parfois elle ouvre un emballage
le manège à toit lourd sans ventre...

un jour -pourquoi celui-là ? - un mot arrive à sa bouche, elle en garde quelques pépins à ajuster pour écraser sous ses dents, cœur de bœuf.
Elle descend dans la rue, c'est une saison à faire gonfler toutes les pulpes, éclater les chairs. Dans un papier journal, le Turc dépose la requête de la jeune fille, il y ajoute les épices pour gulasch commandées par le père. Lorsqu'elle repart, l'homme la suit du regard ; il trouve qu'elle a beaucoup grandi et perdu des joues.
Elle passe les tomates sous l'eau, choisit le couteau, coupe, dispose les quartiers dans le plat. Elle en croque, elle savoure enfin, elle avale, retient les pépins en bouche. Elle verse le filet d'huile d'olive -oui, c'est ainsi qu'on dit-, elle s'applique ; en dernier, un nuage de cumin qui bronze le rouge.
Lorsque le père rentre, elle a encore le goût de la tomate sur les lèvres et la main sucrée ; elle se met à table avec les petits. Dans la cuisine, le dictionnaire offert ouvert à la lettre c, le papier journal froissé, les épices dans leur tabernacle.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gondolfo 29/01/2009 10:56

des moments d'en vie

Thierry Benquey 26/01/2009 12:24

Des oeufs le matin, le turc et le gulasch. Une effluve de Germanie.

Je t'embrasse
Thierry

emmanuelle grangé 26/01/2009 10:39

@ soleildebrousse, oui, mais promesses !

soleildebrousse 26/01/2009 08:28

désolée ! prémices ! pas prémisses.

GUARDIOLA 25/01/2009 22:33

Les pieds sous la table, j'admire les tous premiers détails servis qui ont fin janvier l'air de fins mets, mets ma serviette et te souris, faim prête, fin prêt.

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche