Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 17:09

Passé simple


Ce fut une journée immobile en épaules retrouvées ; les glissements, les mots odorèrent les rideaux, à pas d'habitude nous volâmes les prémices de la saison prévue. La conviction de l'éternité tint à l'indicible adéquation de nos pores en verve. Seul l'aboiement d'un chien nous remit dans la trajectoire de la terre. Chacun prit son concret en main.

Le glas d'un autre événement sonna un peu plus tard.

Je pris alors mes sanglots en cage, et mon thorax plutôt que de les cracher heurta mes côtes.Toujours par cette même fenêtre, la plus meurtrière de la grande maison, je vis un défilé chaotique d'étoiles. Je jurai au ciel qu'il ne me prendrait plus au jeu de l'éternel regret. D'une énième chronique annoncée, je pris le parti de ne plus collectionner les épitaphes. Je frottai la buée du carreau, ravalai, tête dramatique en arrière, mes larmes qui auraient pu faire couler le mascara de l'actrice ; ainsi je vis l'ampoule nue au plafond puis, rabattant mes yeux vers la nuit de la ville, je distinguai l'homme qui mentait toujours à cette heure solitaire. Je fus à cette seconde-là la plus exacte des douloureuses, je vis mon reflet grandiose de pair tragique, je cherchai mon âme qui heureusement s'accrochait à mes basques : d'un ample mouvement gracieux de bras, je la remis en place, un peu à gauche, juste à côté. Nous rîmes l'espace long d'un passage sur terre, le ridicule me tua à temps.

Si le lendemain il y eut cortège gémissant et homélie ou paumes tournées vers le haut ou encore étoffe blanche ? L'histoire s'arrêta là, faute de souffle en cage, trêve de silence, mort du cygne, platine plombée couleur pétrole.

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans à vous
commenter cet article

commentaires

stipe 06/04/2009 18:28

magnifique.

"le ridicule me tua à temps.", c'est d'une exactitude qui m'en fait trébucher les bras.

mAnaniya 21/03/2009 11:59

Poésie, élégance, émotion, retenue en tes mots comme en celui à qui ils sont dédiés.
Nulle autre que toi ne pouvait ainsi dire les mots bleus...
"Tout est si calme ce soir Puis-je être ému ?
Tout est si calme ce soir Puis-je hurler ?"

Seb (Skarod sur Myspace) 17/03/2009 21:25

Oui, couleur petrol.
Merci. Et bonjour!

hervé pizon 15/03/2009 21:02

chef-d'oeuvre magnifique tragédienne

Semeuse 15/03/2009 19:06

Les mots s'entrechoquent et les surprises s'empilent.Découverte.

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche