Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 09:40

Dans ma main il y a mille crampes

adoucie d'onguents.
Je voudrais jeter la peinture
et muscler plus mon dos
camoufler mes cheveux
pour pas qu'un poil d'Artaud à Uccello n'intervienne.
Je voudrais d'une toile jeter mes encombrements
mes allures
mes instants de joie.
Je voudrais te dire tu
alors que vous êtes nombreux
je prendrais des majuscules
pour toi comme l'autre
je le jure craché
vous rendre en bouche
si je savais vous dire
Vous
qui du pot exact
extrayez la couleur.
Je voudrais approcher
le geste du peintre
de ma main
vous m'en diriez des nouvelles
je promets le chantier
celui de ma naissance tourbière
je peux flanquer des couleurs
vous y mettrez vos mots.
Ceci est un cadeau
toujours mal emballé
à vous
à qui d'autre
et pioche à Toi.
Aujourd'hui grave
je ne sais dire
sauf en pots jetés
de toutes mes forces
et pas même un bon mot pour la fine bouche.
Mes épaules s'en souviennent,
mes biceps gonflent,
et la mèche rousse à la terre se rappelle.


Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans allez - des poèmes
commenter cet article

commentaires

stephanie gaou 06/04/2009 11:01

J'étais persuadée d'avoir laissé un commentaire sur ce poème, il a dû s'effacer - les magies de la technique - les mots qui dansent au geste de la poétesse...

Mèl 21/03/2009 22:56

Emmanuelle....Une prose tellement toi...un mélange du Je, Vous, Tu, qui nous promène dans les méandres. La chute est superbe. Merci pour ce délice.
Je t'embrasse,
Mèl

soleildebrousse 19/03/2009 15:22

Tout est beau ici.. mais des phrases encore plus belles que l'ensemble :
- je prendrais des majuscules /
pour toi comme l'autre-
et puis encore : Je promets le chantier /
celui de ma naissance tourbière /
.....
Merci.

Thierry Benquey 19/03/2009 10:50

Un passage chez toi, cherché des odeurs humaines, trouvé des odeurs de peinture. Regardé tes mots comme on regarde passer le flot. Laissés des traces en moi, comme des gouttes qui s'évaporent. Laissé une trace ici, comme lumière du sémaphore.
Amitié
Thierry

hervé pizon 19/03/2009 10:15

relu encore, ici, ce geste, cette forme, cette force. tiens va savoir pourquoi, je pense chanson en le lisant !

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche