Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 09:50

Pan, le printemps !


Quelqu'un radotait.
Je balbutiais,
j'avais mon quant-à-soi
et les doigts gourds.
Je répondais en triturant le plâtre
le sang affluait des pieds en sol à la tête.
Je m'échauffais je m'échauffais.
Jusqu'aux coudes.
La première mouche de la saison cognait la fenêtre.
Il parlait il parlait.
Dans mes oreilles blanches seuls entraient
des blop malpropres.
Je jetais je jetais.
Des poignées de neige sur la structure métal.
Il jactait jactait moins.
Les bras du bonhomme en manches ligotés
dans un déchiré de coutures
ballottaient grotesques
allaient et venaient.
Je visais en dernier sa face de carême.
La mouche s'épinglait, élytres bleutées écartelées,
rendant l'âme aux souvenirs légers,
sur le visage délivré.
Il ne bronchait plus.
J'approchais sur les pointes.
Mon souffle au sien
nous fondions.



Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans allez - des poèmes
commenter cet article

commentaires

Mèl 02/04/2009 19:15

Une urgence et un sentiment de délivrance. Moment d'une grande intensité. Comme j'aime ton écriture...
Bises,
- Mèl -

soleildebrousse 31/03/2009 23:33

Pan ! pan ! Pan !
......
merci.

Seb (Skarod sur Myspace) 31/03/2009 12:44

Moi j'aime ton printemps!

stephanie gaou 31/03/2009 11:04

Il y a une urgence dans ce texte, causée par la répétition, la vivacité de la gestuelle, seconde lecture toujours évocatrice de surprises et nouveautés, de détails que je n'avais pas vus dans la 1ère...

edouard 31/03/2009 10:51

j'aime le rythme des mots répétés. J'aime ta musique Emma, et ce phrasé bien à toi.

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche