Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 11:03

Il ne sera pas dit qu'à l'ombre d'une douleur gisent deux tulipes
qu'un être vous manque
et que s'en retourne la terre.
Il trombe des cordes à déraciner Yorik
et d'autres crânes moins volubiles.
Il va sans dire mot, le drôle.
On a beau coller les mains les unes aux autres,
rien ne bouge, blanc sur rouge: il faut gratter la caboche jusqu'au vert,
l'hiver ne peut quand même pas engluer toutes les mémoires !
Au large des yeux clos cahote une embarcation
pas plus large qu'une jambe arrachée, aussi longue qu'un battement d'écoutille.
Au fond de l'oeil, une paille,
au creux de l'oeil, un point d'humeur
à la paupière, un goût du jour irisé par les belles,
au dessous du même oeil, un sillon d'alluvions.
La terre rétrécit, il faut apprendre à nager !
Penser par soi-même, disait elle
et elle encore embrassée avant la flamme,
si froid, ton haut front,
me pardonnent le regret éternel que j'ai d'elles.
Ci dorment sur une oreille mes mères, et leur ventre gronde la terre.

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans à vous
commenter cet article

commentaires

edouard 10/06/2009 12:51

Se gratter jusqu'au vert j'espère. Comme une guitare en voie de disparition, pandalouse...

stephanie+gaou 07/06/2009 19:41

Lu et relu, ce texte découvre ses multiples pépites, et ses phrases porteuses de messages apocalyptiques m'inquiètent un peu, mais qu'elles sont belles: "La terre rétrécit, il faut apprendre à nager", j'apprends, j'apprends, en espérant encore me sortir du naufrage. Effets superbes, merci de ces moments de recueil. Voilà qui clôt un dimanche avec insolence...

Mélancholia 07/06/2009 15:42

Jouir du jour présent, sans se fier le moins du monde au lendemain, sans regarder le passé derrière soi.
Baisers délicats,
- Mèl -

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche