Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 00:23
 

Une femme, danseuse, actrice a fermé la porte, l'a laissée entrouverte. Lorsque... il y a plusieurs années, je suis sortie de l'école du TNS, j'ai hésité à frapper chez elle, Pina Bausch.
Ce que j'ai écrit en allemand sera peut-être traduit... J'ai lancé un appel :




Schauspielhaus

 

 

 

Weh mein Röslein Kind

sag mir wo die Nelken sind !

Knie frei fragt Rosa immer wieder :

na ja wenn es jetzt in Portugal

hellen Orangensaft gibt

darf ich bitte bitte

übers blutige Meer

meine lange lange Armen

tanzen lassen ?

 

Weh dickköpfiger Knabe

hast den runden Mond verschluckt !

Im Schatten mutterseelenallein grübelst du :

wo steckst du dich, Lederhöslein ?

Erbarmung für meinen Po !

Bitte bitte vergib mir

Dichter,

aber mehr Licht

gibt's nur im Theater.

 

Hör'

Schritt für Schritt

Augen in Augen

wie die leichte Frau

wahnsinniger Schwan

die Hintertüre schliesst...

Hör'

Schritt für Schritt

Wort nach Wort

wie die Toten

im Schauspielkleid

auf die Bühne tretten...

 

Heute wird's geheult

Morgen wird's getanzt.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans à vous
commenter cet article

commentaires

Stéphanie GAOU 04/07/2009 18:04

Et c'est là où je ressens une souffrance terrible pour toutes ces années où j'ai glandé en allemand, et je révisais mon russe au lieu de m'intéresser à mon cours... Ahlàlà. Baiser à toi!

Stipe 03/07/2009 16:04

grrr, mon inculture de la langue germanique n'a d'égale que celle de la danse... Et je suis sûre que t'en as profité pour écrire quelque chose de magnifique. Grrrrr.

hervé+pizon 02/07/2009 18:59

Leben oder Theater ?

Christian 02/07/2009 14:30

Même sans entendre immédiatement de sens profond la langue - mon grand regret, et je l'espère tant, oui, cette traduction! - cette impression peut-être étrange mais vive de t'entendre; cette sensation d'approcher déjà, d'oreille, en musique de tes mots, comme une prenante intensité en pensée sensible pour la grande dame de Wuppertal, pour tout ce qui relie de sens et d'expressivité, d'art, de création, de scène(s) et de tous riches chemins et carrefours.

Thierry Benquey 02/07/2009 09:57

Wie die Toten im Schauspielkleid die Bühne abtreten...

Une grande dame a rendu sa cuillère comme ils disent mais qui l'a recueilli ?
Pensée pour toi et pour elle
Amitié
Thierry

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche