Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 22:50
 

 

 

Comme il m'émeut ainsi de te prendre

de bercer ton oreille à ma joue

Vois le rideau clapoter

se gondoler

tel le ventre de l'enfant

un petit cheval essoufflé

ainsi précise le sage homme

Écoute au vestibule

les cannes à pêche rouiller

sur l'ocre tommette

et le roulis des plombs

Sens-tu les eaux fuir

le zinc troué du seau ?

Habiles les têtards

à frétiller dans la glauque mare

sans casser trois pattes à un canard

Des marais moussus

passe le courant d'air

de la fenêtre à la porte veinée

déglingue tous les huis;

ce battement d'aile vermoulue

bouffée par la liane vierge

juste encore baiser tes paupières

et soulever les cymes

exsudant sur ton front

les odeurs familières d'un soir trépassé.

Repose, ma joue,

sur le col de l'oie en exode.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans la nuit
commenter cet article

commentaires

Escarbille 21/08/2009 14:26

Superbe.

sylvie 04/08/2009 19:14

BONJOUR UNE JOLIE POESIE SUR LA PLUME DE VOTRE BLOG AMITIE SINCERE SYLVIE

GUARDIOLA 31/07/2009 10:08

Merci pour la fraîcheur de cet oasis de poésie. (je ne comprends pas l'accord de "les cannes à pêche rouiller")

Stipe 20/07/2009 16:20

de retour aux affaires...

tes textes ont ce pouvoir kaléïdoscopique de proposer des images différentes à chaque lecture.

Hime 16/07/2009 11:17

Je me félicite d'avoir croisé les textes de Stipe, entre autres pour avoir le plaisir de me perdre dans les tiens. Merci.

emmanuelle grangé 17/07/2009 09:24



le goût des autres par Stipe ! et qu'on ne me dise pas qu'Internet est virtuel ! de chair, tu es.



Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche