Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 14:38

Plier bagages (Il se pourrait bien que j'emporte Spinoza ! Étudiante, va !)

 

 

 

Il est des lignes comme l'immeuble en adjacentes à la tôle de là où je me tiens, il est des lignes que j'observe -j'aime aussi les courbes, vous devinez pourquoi-.

Il y aurait donc des majuscules. Je m'en fais l'observation après consulte. Il faudrait se tenir entre l'équilibre et le déséquilibre à beaucoup de chose près pour que vienne l'écriture.

 

Il faut alors ôter

et voir de loin comme à peu de chose près 

La ligne.

 

Sur le rosier un insecte a ciselé le vert, au travers je vois le jour. Si je cligne d'un oeil, je vois la dalle granuleuse. Il fait si soleil direct que s'en noie l'argent du convolvulus.

 

Aller à la marche suivante convient à mon escalier. Je gratte la mousse lourde et la mets à mon oreille : j'entends alors l'océan.

 

Il est un centre réceptacle et débordant.

Tu as été mon centre, et je me souviens de chacun de tes grains de peau, de sable ; de nos deux points.

D'un lit, de deux chaises, d'une table, de rideaux, de blé en jardinière, il ne faut avoir peur.

Regarde le silence !

 

Partir du centre et voir les lignes.

Au creux d'une épaule j'ai vu l'espace recréé, j'ai touché l'abandon.

Je prends l'encre pour de vrai.

 

J'ingère les racines, les cautérise, les envoie paître à la lune ; d'étoiles advenues, elles tachent ma feuille, la chlorose. Je coupe, j'élague, et, puisque mauvaise saison, elles ne repoussent pas, s'étranglent et pulvérisent un autre engrais. Comme je vois mieux lorsque je dors ! Comme je peine, comme je peine à la lueur de la ligne tremblante !

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans à vous
commenter cet article

commentaires

Hime 10/09/2009 17:02

J'en ai marre de passer après Stipe, parce qu'après je ne sais plus quoi dire...
Et j'en pense pas moins, voire même mieux que lui, na!

Stipe 07/09/2009 15:31

"23 commentaires" vis-je.
enfin, Emma a la reconnaissance qu'elle mérite, me dis-je. Oh oui on ne mesure par une reconnaissance à un nombre de commentaires, mais quand même, je me dis-je.

Et puis houla, je les ai lus...

La reconnaissance, tu as la mienne éternelle, je te suis 23 commentaires et encore plus.
Tu écris joli, comme je respire vitalement.
Et je t'adore pour tant, et tant d'autre.

Pixel bleu 01/09/2009 14:32

Ben oui, rentrez bien. Les grillons, ça se remet toujours la tête dans le trou :)))

edouard 01/09/2009 10:43

le diablotin sismographique ne connaît pas Pixel bleu. Il aspire au calme à présent, loin des rancoeurs futiles, et à la lecture sans oeillères, avec un oeil à chaque fois renouvelé; mais ce n'est pas chose gagnée. Aussi je vous souhaite une excellente rentrée.

hervé pizon 01/09/2009 02:09

!?!?!?

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche