Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 18:03

 

 

 

 

Ce dimanche grouille pénible de consommation dans les rues et les magasins ouverts.

Tu ne reconnais plus grand-chose de la rue des Rosiers, tu la préfères l’hiver quand on se gèle et qu’ils sont tous dans les bureaux climatisés ou dans leur chez-eux chauffés ou à Honolulu. Y a pas vraiment de sans-logis, de Roms – de dérangeants quoi – dans ce quartier-là.

C’est un défilé de boutiques convenues chic et ternes entre deux marchands dorénavant chic de fallafels, d’hommes mode, de femmes mode évitant de se casser le talon aiguille et la margoulette sur les pavés.

En hiver, en semaine, ça va, tu peux désigner et savourer ton strudel tranquille dans la pâtisserie exiguë.

Il t’est arrivé de retourner chez Goldenberg, tu voulais voir, tu n’as rien reconnu du restaurant devenu un magasin de vêtements, tu as eu beau écarter les cintres de fringues à la recherche de l’odeur du mur d’avant, y a rien à voir.

Tu fouilles ta mémoire, tu as sur le bout de la langue ce que tu avalais assise chez Jo Goldenberg, serrés comme des sardines en rang d’oignons, toi et tes amis entre deux répétitions de théâtre : un tarama, un hareng, une aubergine ? Parfois tu n’allais pas jusque là, à partir de la rue des Lions-Saint-Paul, vous vous arrêtiez chez le Polak au coin de la rue Pavé et de la rue du Roi de Sicile, c’était plus étouffe-chrétien, fallait la vodka pour faire passer, y avait plus de répétitions après, forcément.

Tu as marché dans la rue Vieille-du-Temple, tu ne sais plus exactement où logeait Jacques, c’était beau et les persiennes laissant passer un rare jour chez lui, au dernier étage. Tu as levé la tête et vous vous êtes souris, les morts ne sont plus jamais tristes.

 

Tu n’aurais pas dû, dimanche dernier, prendre ce bain de foule sous prétexte de soudain printemps, ce fut court et suant.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans sans
commenter cet article

commentaires

l e b A b e l 09/03/2015 19:25

Il ne faut pas revêtir les souvenirs avec les oripeaux du présent. Jamais : la vapeur ne porte pas de chemise.

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche