Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 18:55

 

 

         Les roses pompon n’ont pas d’odeur, aucune saveur, elles poudrent l’œil. Inclinent-elles la tête que les sœurettes ploient du même chagrin, rose buvard. Je les croirais uniques, de première naissance, on me dit, que tu te goures, fillette, nenni, elles obtempèrent à une ancienne filiation – on est un con, je me dis. Elles sont de première fraîcheur et tiennent longtemps dans le vase, enfin, j’espère, dit ma voisine – ma voisine s’y connaît, d’ailleurs, elle m’a confié son chat et son jardin. Les roses pompon me ravissent et m’égratignent, elles penchent la tête et disent pardon. Elles parlent aussi. Elles me reposent de celles de Damas qui piquent mon œil à le faire rager jusqu’aux larmes. J’aime les roses pompon à en perdre la tête, je peux en voir des centaines, des milliers, tous les jours. Je leur claque le bec, je renifle dans l’océan, je suis une bonne nageuse, elles seraient capables de me rappeler la douleur.  

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans à vous
commenter cet article

commentaires

anatole2011.over-blog.com 23/08/2012 13:42

texte venu simplement me toucher par quelques mots parfaitement adossés au paysage, ploient, chagrin, nageuse, douleur et voilà, partir des roses pompon
et arriver au poème

SOPHIE 08/08/2012 21:09

le rose pompon te va bien....

le babel 08/08/2012 19:18

Moi aussi ça ma fait cagasse toutes ces Rélumades sans céleri !

le babel 08/08/2012 19:06

"Pomponette !" Pardon, je parlais d'une autre, toujours au soleil, à l'heure de manquer de pain. je vais relire Jean Damascène, par principe.

emmanuelle grangé 08/08/2012 19:11



va, p..., c..., je ne t'en veux pas ! (m..., pomponette, j'avais point anticipé !)



Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche