Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 13:12

 

à Emmanuelle Malaterre, d'après son collage sur mon bureau

Em.-M-jpg

 Em.M  http://artemmanuelle.over-blog.com/

 

Il est étrange comme l’être s’en va, retournant une seule fois la tête vers l’instant d’avant. Comme il s’en va avec l’instant d’avant dans le couloir de la ligne Nation-Étoile, sur le trottoir d’en face. Comme le broient les dents des néons métropolitains. Il y aurait à écrire juste après l’instant d’avant. Je m’y emploierai, regardant la nuque partir, fermant les yeux pour imprimer le dernier sourire au seuil du goulet souterrain. Peine ne sera car, si les mots couinent,  la chair palpitante, anguille d’eau douce, s’apaise au signal faible du lamparo.

Nous laisserons en suspens les particules danser au rayon d’un projecteur vieux de la nuit des temps. Froide lumière, étonnantes poussières valseuses telles les feuilles cliquetantes des bouleaux sous le ciel blanc. Nous aurons des façons, des obsessions de dire : elles tournoieront plurielles sans sublimation sur la pointe des chaussons et s’en iront, l’instant d’après, en arabesques sur le papier. Quels exercices intimes, quelles suées, combien d’entrechats repris, que de mal aux pieds, de bien aux cals suceurs de strass. Quels silences.

Il est étrange comme nous allons, l’instant d’après, lourds du monde, gonflés d’un sourire et d’une nuque singuliers, flottant entre deux eaux, happés par les crus réverbères du coin de la rue du Rendez-Vous.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans portrait
commenter cet article

commentaires

Seb 18/06/2013 21:01

Quand Emma rencontre Manu, je m'incline!

sophie 18/06/2013 17:51

t'es forte en poussières toi.....décidément!

GUARDIOLA 04/02/2012 12:08

Chère Emma, vous poétiprosez comme personne !

Sonia 28/01/2012 18:18

C'est magnifique, merci.
J'en profite pour vous dire que je vous dois, que je dois à vos mots, à l'un de vos textes en particulier, le retour vers un être cher. Parfois, les mots à eux seuls, pulvérisent l'entêtement et la
bêtise dans laquelle on s'enferme par paresse, par confort. Je vous suis reconnaissante, de certains sourires échangés, retrouvés.

Karnauch 25/01/2012 15:03

bombardés depuis la nuit des temps en un agglomérat aléatoire de particules (ça doit pas être très scientifique), et repartant dans la nuit des temps, on n'a pas le temps de se faire la gueule...
sans doute...

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche