Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 00:04

 

 

 

 

Perdu un livre avec rose séchée un billet de train une photo

dans la rue au bord de la mer peut-être sur un banc à un feu rouge

C’est le printemps disait la femme d’en face ou ricanait-elle

voyant les pages se corner au vent des premiers pollens

la couverture se jaunir à l’allure d’un cheval au galop

sur la digue de Grâce grise d’une aube fraîche

ou râlait-elle

se baissant se relevant trop tard ils avaient disparu sur un rafiot vapeur

pour La Paz

ou un hôtel borgne au vigile moustachu de la gare de Lyon

Votre livre criait-elle par les klaxons et les feuillettes des marronniers

hep en direction des fuyards hanche contre hanche

vous ! Mais leur sonner les matines était inutile

en ce temps de première saison quand le chergui assèche les tympans

des béats assis sur le mur des Paresseux

Tu gueules, la vieille, disaient les dérangés

tu froisses nos journaux de ton haleine de thé

vise les papiers sur les trottoirs pique-les bourres-y ta poubelle à roulettes

laisse nos baluchons attendre le ferry et seules les mouettes criasser

ou dodelinait-elle de la tête comme les camélias à Brest

le livre crispé sous ses ongles

pointant sa longue-vue sur les deux voyageurs distraits

beaux tels l’homme la femme gravés du maître de Nürnberg

échappés du feuilleton des Mystères

au petit jour réveillé par les oiseaux la frangipane du pâtissier

les tables enchaînées glissantes de rosée au café de la Mairie

sous la volée des cloches de Saint-Sulpice rapetassé

Entrevu un livre avec rose séchée un billet de train une photo

dépassant de la poche du tablier de la pythie

deux zouaves au loin roulant carrosse vers l’Italie

de souffle éphémères tant la route poudroyait l’essence

l’huile d’Argan en mirage incontrôlé

quatre pneus caoutchouc en l’air

une rose

un aller

une photo

ou tous à la fois dans un livre.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans la nuit
commenter cet article

commentaires

Christian B. 09/04/2011 14:16


livre voyageur, traversées et escales rutilantes en tes mots, l'aventure en grâce


patrick dreux 31/03/2011 13:47


Un voyage dans les mots, traces, un aller sans retour... j'aime beaucoup...


Seb 26/03/2011 19:11


Ni perdue ni retrouvée! Mais admirative...tant ton don pour les mots!


Thierry Benquey 26/03/2011 09:31


Si dans une autre vie tu as été peintre, je jurerai que tu y étais impressionniste.
Je t'embrasse.
Thierry


lebabel.over-blog.com 24/03/2011 17:26


Réponse à ta question dans ce commentaire
Voici pourquoi j'oublie, il m'a fallu tant travailler pour y parvenir. Je place dans un dossier les poèmes qui sont à retenir : parvenir à ce dossier suppose de franchir le premier filtre. C'est le
bassin de déchantation, ou décantation. Et là, je n'y pense plus. Puis je relis, relis au hasard ou en bloc et sous un autre oeil tente de sentir ce qui a fermenté. pour cela, une fois dans le
bassin, je dois l'oublier…


Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche