Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 17:18

 

 

 

 

 

Sur une des roulottes, la fenêtre éclairée bâille qu’il fasse pleine lune, crachin ou déjà froidure.

J’entends encore Gabriel Monnet bougonner, il y a ceux qui vont rentrer chez eux, claquer la bise aux enfants en pyjama, allumer le feu sous la casserole et la télé, et d’autres qui partent au turbin.  

Il y en a toujours une, un pour griller avec moi la demi-cibiche dehors avant l’ouverture des portes, côté cours. Le côté jardin nous infligerait la déambulation des spectateurs.

Les roulottes sont blanches, on les aperçoit de mieux en mieux dans la nuit d’octobre, sur la pelouse entre le théâtre du Soleil et le théâtre de la Tempête, en fumant.

Les oies sont passées encore aujourd’hui au-dessus du théâtre en un parfait grand v, en un parfait boucan.

Ils sont tous un peu pâles, apprêtés, raides dans leurs costumes, les comédiens, quinze minutes avant le lever du rideau. Je dois être ainsi, moi aussi. Leurs plaisanteries fusent, les mains sont moites ou glacées. Puis, ils valsent vers leur coin de concentration, à chacun son temps, son pas. Ils entendent des coulisses entrer, s’asseoir, parler les spectateurs. À quoi pense le comédien lorsque le noir arrive dans la salle, juste avant de monter sur scène et d’acter sous les projecteurs, hein, à quoi ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé
commenter cet article

commentaires

soleildebrousse 08/12/2012 17:50

Il doit être heureux. Simplement heureux de faire ce pourquoi il est venu sur terre, non ?

emmanuelle grangé 27/10/2012 14:23

chers babel et Jean-Marc, à question, pas de réponse, mais l'écho de vos questions sensibles. Merci

anatole2011.over-blog.com 26/10/2012 16:55

Très beau texte, on y est, on ressent.

Se mêle-t-il aux pensées une certaine appréhension liée au sentiment d'oeuvrer à quelque chose d'important, comme prendre et donner vie? Peut-être n'est-ce-pas la pensée qui est sollicitée autant
que la présence, l'être agissant dans une certaine vacuité qui la rend libre de bondir(la pensée)? Je n'en sais rien, j'imagine, j'imagine. C'est bien moi, ça, tenter de répondre à une question par
deux questions.

le babel 16/10/2012 02:01

À lire en fumant une gitane, carte postale nomade, à quel feu rêver une fois ceux de la rampe éteints ?

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche