Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 16:14

 

 

 

 

Ton nez, tu ne l’aimais, je m’en suis aperçu lorsque je t’ai revue. Quelque chose avait changé, ton nez. J’ai espéré que tu humes mieux ainsi, peut-être ai-je gloussé et trouvé ça stupide, ce nez droit. En rentrant chez moi, une fois chez moi, j’ai su que c’était ton nez qu’on avait raboté. Ton visage était d’un coup neutre, il avait perdu son nez, il était toujours aussi joli, rassure-toi. Sans doute respirais-tu mieux ainsi.

Te souviens-tu de nos répétitions ? C’était à l’école de Strasbourg, c’était Sophonisbe, nous faisions une belle paire, nous travaillions encore sous la seule servante du théâtre, nous nous entendions.

Il est des chemins de traverses, des enfants. Des années. Nous nous sommes revues. Polies. Presqu’affectueuses. En souvenir de ce formidable travail cornélien.

Tu es morte, je l’ai appris ce matin. Tu l’as décidé. Les journaux raconteront de toi ce qu’ils racontent d’habitude et de regrets.

Tu ne m’entends pas. Je me souviens de toi, frêle brune, c’est un livre de Le Clézio que je t’avais offert, je me souviens, et de toi, Éryxe.  

Tu as mis en scène des acteurs, des amateurs, tu n’étais plus actrice. Tu voyais, tu as peut-être trop vu, seule. Je ne sais. Une étoile de plus au ciel. Anne, à ce soir, sous la servante. Je te pleure

 IMG-copie-6.jpg

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans sans
commenter cet article

commentaires

GUARDIOLA 13/09/2013 14:15

Très évoquant, très émouvant.

le babel 30/08/2013 09:44

Lu, avec soin, et relu. Un café ?

Jean-Marc 29/08/2013 17:27

Bonjour Emmanuelle,

Je partage cette émotion et la douleur qui l'accompagne. Ce texte est magnifique.

Je t'embrasse

Jean-Marc

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche