Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 19:06

 

 

 

 

Un chagrin passe en peau de sac élégant, balancé sur la hanche droite, libre de toute main qui pourrait le plaquer qui à dix doigts est occupée ailleurs. Une dame enserre la taille d’un monsieur, son visage rit enfoui dans la manche de l’homme, et le sac rebondit. Ils marchent sur la mousse d’un boulevard venté. Elle le réchauffe, il la protège, voyez-vous. Ils trottinent sur le gazon du tram le long du boulevard extérieur. C’est la nuit d’un samedi, après le dernier métro, le dernier tramway, un ciel bouffant de nuages noirs, les idoines caténaires raides au-dessus de la courbe des Maréchaux, enfin, ce qu’il en reste dans toute cette encre, ce qu’ils devinent entre la station Marie-de-Miribel et la station Adrienne-Bolland flanquées de sièges bistres tout neufs, armaturés de façon à ce que personne ne s’y allonge, ou un contorsionniste, penses-tu. La dame casse un talon dans les rainures du trajet chichement éclairé, le monsieur tâtonne, le ramasse et caresse le mollet de la dame, s’ensuit très certainement une pause amoureuse que je suis incapable de décrire, je te l’ai déjà dit, mon chéri, n’insiste pas, et héler un taxi reviendrait à chercher la pâquerette dans ce gazon pubère où ne verdoie que le tesson de bouteille, qu’à cela ne tienne, réponds-tu en me soulevant dans tes bras pendant que passent un ange, ses soupirs, que j’enserre ton cou, que ballote le sac et foncent sur eux le blême du matin, le branle de la machine.

 

 

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans sans
commenter cet article

commentaires

karnauch 28/04/2013 23:59

je lis plusieurs fois pour goûter le sens, fatigue de mon cerveau, peut-être, mais la complexité n'empêche pas la légèreté qui frétille en dessous, et finalement ce texte à tu et à moi a beaucoup
de charme, et l'apostrophe au lecteur ou à l'"amoureux" atteint sa cible...

emmanuelle grangé 29/04/2013 11:38



merci, Rémi



le babel 28/04/2013 20:44

Ne vivons-nous que de souvenirs fugaces dont un sac archivé dans une armoire fait l 'anamnèse ?

emmanuelle grangé 29/04/2013 11:38



nous pouvons nous interroger ainsi aussi



Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche