Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 14:33

 

 

 

 

« Le monde pourrait s’écrouler », il y aurait cette douleur qui rend gros ses yeux et tremble ses mains, elle aurait mis un ruban à ses cheveux et un autre à la fenêtre. Elle aurait même dit pour s’excuser, souri comme toujours, je sentais bien son bras au mien transfusant sa peine, je laissais le mien, me demandais si l’aspivenin pérenne en sa boîte et d’autres choses encore, nos bras gonflés l’un l’autre, le regard tendu à la conversation des autres. Il y aurait ce courage et cet épuisement qui emplissent son corsage, d’autres choses encore, elles grondent la voile boursouflée des paupières. Aussi une frange à boucler son front de larmes, ce haut sommet à ses yeux. Il y aurait une reconduction de peine dans la rue en pente et des guirlandes oubliées de Noël, un chat qui danse, dit-elle, d’autres choses encore que je ne sais et qui m’agréent, infuses, nos bras enlacés. Peut-être dans la gargote, des fruits frais ou en sirop pour délasser la gorge. Il y a des hoquets de plus en plus furtifs, penchés, grelottés terriblement précis, grattés à la plume, à la couleur, encollés sur de petits carnets amoncelés, on dirait un escalier en colimaçon, vous savez, cet escalier qu’on ne peut s’empêcher de distinguer du doigt, qui monte qui monte comme une flamme.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans sans
commenter cet article

commentaires

Frank Lovisolo-Guillard 15/04/2013 17:47

Toujours difficile de commenter une texte où les mots se meuvent au souffle de l'émotions...

le babel 13/04/2013 15:48

http://www.youtube.com/watch?v=1gTGmbA40ZQ

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche