Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 14:45

 

 

 

 

Il est des jours avec des trous ronds comme des goujons et des miscellanées entêtantes.

***

Elle affirmait que la plus belle phrase du cinéma était « J’avais une ferme en Afrique ». Il ne la croyait pas. Alors elle en rajoutait : la plus belle phrase de la littérature. Très sérieuse.

***

Elle se souvient des tours crissants de pelle sur la plage de la Baule à dénicher les rigadeaux, il suffisait de voir une coque, ils creusaient, ils dénichaient la colonie, Georges, Lolo et elle. Le matin à l’heure de la marée, c’était affaire de lune, c’était pas tous les jours.

***

C’était Annick qui s’y collait ensuite à les faire dégorger, les rigadeaux. C’étaient des coups de soleil sur la raie au milieu des cheveux des filles, là et sur le nez pour moi. Annick nous regardait disparaître de sa matinée ; peut-être rêvait-elle enfin à ses soies qu’elle peindrait des lustres après. Sans doute voyageait-elle alors que nous débarrassions nos jeunes cris de sa vue.

***

Nous partions de bon matin, râteaux et seaux dans le coffre de la voiture, nous avions le pull sur nos maillots de bain et le soleil qui rougirait bientôt mon nez. Nous marchions loin très loin. Nous rentrions, les seaux pleins à ras bord de nos bestioles, nous faufilant entre les parasols des estivants qui s’installaient pour la journée. L’océan remontait avec nous. Et l’odeur écœurante des crèmes solaires. Georges conduisait, le sable séchait sur nos jambes, dans nos sandales en plastique, mon nez me cuisait.

***

Elle avait laissé un mot sur la table de la cuisine et des assiettes anglaises dans le frigo. Elle nageait mal, elle relevait sa jupe et marchait dans l’eau. Je l’ai souvent observée.

***

Je voyais ma mère et Georges nager par tous les temps, je suis devenue une très bonne nageuse.

***

Je ne me souviens pas des repas de rigadeaux, mais des yeux plissés d’Annick, oui, qui souriaient encore en déposant l’assiette de soupe devant Georges tous les soirs. Je ne me souviens pas d’un dîner sans soupe. Lolo et moi avions le droit de ne pas y goûter, de rejoindre les copains dans les rues et sur la plage de Sainte-Marguerite après un bout de fromage ou les rigadeaux, je ne sais plus.

***

Je chercherai plus tard peut-être la carte d’Annick reçue un jour d’hiver : c’est un hibiscus peint sur une soie verte ceinte d’une marquise jaune rieur. Je m’en souviens.

***

Je ne crois pas que la plage de Saint-Marc s’appelait déjà « La plage de M. Hulot », d’ailleurs, je n’y allais jamais ni plus aujourd’hui. 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans sans
commenter cet article

commentaires

sophie 23/09/2013 20:22

Comme tu prolonges l'été toi!

Lyonnel Groulez 23/09/2013 13:49

Des rigadeaux ? je n'avais jamais croisé ce mot (et le correcteur automatique non plus, semble-t-il), on apprend pourtant aisément ce que c'est en deux clics internet. Comme quoi il n'est jamais
trop tard pour apprendre, et comme quoi cela n'a jamais été aussi facile.

pascale 22/09/2013 18:32

ça fait du bon de te lire ,sur mon balcon du 9 éme au Caire ,la nuit est tombée d'un coup ,et la lune est rousse
Dans ce pays ou j'apprends de nouveaux repères ,une envie furieuse de retour en enfance en lisant ton instamatic
j'aime beaucoup
je t'embrasse

frank 22/09/2013 15:38

Et de te souhaiter une bonne miscellanée...

emmanuelle grangé 22/09/2013 17:52



merci !



le babel 22/09/2013 15:35

« Rigadeau », mon dictionnaire ignore. « Daguerai », oui, il connaît. C’est fou comme on apprend de choses sur cette plage web.

emmanuelle grangé 22/09/2013 15:47



j'ai pourtant fait un effort, le mot "coque" est là, j'aurais pu écrire "vongole", j'ai des cousins italiens



Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche