Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 13:52

 

 

 

 

Le souffle de la nuit est presque frais. Allongée sur le lit, elle s’est recouverte du drap, elle a laissé dépasser un bras, la gamelle du réverbère éteint pendouille et se prend pour la lune, les yeux s’habituent aux étoiles, les distinguent, il fera encore chaud demain. Une main constate le frais du coton, l’autre repose sur l’humidité du ventre. Des mains l’apaisent. Jusqu’au matin, jusqu’aux boutons de rose écartant les sépales.

 

Le vrai regard est pour les roses, l’autre pour de faux, les mains machinales chaussées de pieds nus apportent la tasse de café sur la terrasse. Elle voit les roses. Les pétales des fanées à terre, les jaunis, les brunis, les emportés par le vent, les bombés à terre, les écorchés sur la vigne. La main prend la tasse. Elle boit le café. La main dépose un pétale frais sur son nez, sur ses yeux. Il y a toujours des cris dans la rue, des fumées. Aujourd’hui, Soltan emmènera sa jeune épousée sur les bords de la mer Rouge. Oui, main dans la main, souris-tu.  

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans sans
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche