Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 14:03



La cerise sur février

 

 


Le  pinson me serinait le printemps en février


Je lui assénais une muselière


le poussais dans l’onde glacée


Il revint


ébou(ri)ffé


 importun


(trois partout)


Je le menaçai d’une trempe


Pui’’’’pui,,,,pfui-----------


osa-t-il derechef à travers les cordelettes


puis distinctement


mouye-----mouye,,,,,mouyé-----déjà !


Il se fichait de moi


sacrebleu


comme de l’an quarante


Ne l’intéressaient visiblement


que le temps de demain


roucouler solo son antienne


à mon oreille sourde de saison


et le kopek dans ma poche


PRENDS GARDE, MOINEAU


(Je vociférais ainsi mon mépris ma connaissance de la hiérarchie ovipare mon injustice misérable pour plus petit que moi mon regret d’être végétarienne-tiens donc ?- car même sous des petits pois et en me pinçant le nez je n’aurais pu avaler cette chair plumée ah ? pourtant l’envie de l’embrocher à même un cure-dent et de l’entendre ex’’’’’ha,,,,ler_ _ sa dernière trille sur la flamme de mon zippo Anne-Olivia venait de me piquer le Dupont me titillait même si je savais que j’en perdrais l’amitié de Leslie T. de Bordeaux où j’ai joué dans le beau théâtre du Port de la Lune une pièce trash d’un auteur jeune à l’époque et moi d’autant bref sanguinolente mes admirateurs nombreux et impatients devaient endurer le calvaire de l’attente plus d’une demi heure dans le froid nous étions en février et en février gla--gla et le bar en réfection je devais en effet me débarrasser sous la douche de toute cette hémoglobine spectaculaire et puante ah la détestable odeur afficher un charmant sourire parfois je chaussais des lunettes de soleil à cause de l’allergie à la sciure du décor oui exact je ressemblais à Gena Rowlands dans Opening Night maintenant plus à Delphine Seyrig dans… comme vous voulez mais pas avec Sami Frey je ne suis pas fan de cet acteur et du lissé de ses cheveux noir jais bah)


Emplumé de GEAI


Là je fis mouche


Le  pinson fondit


sur mon poing tendu 


Vaine algarade…


Emue je passai


enfin apaisée


deux doigts caresseurs sur sa gorge


lui murmurai : tout_doux_


aboyeur  de printemps_


c’est de derrière qu’il faut t’engouer


pour éclaircir les nuées en aval_


Nous repartîmes gros jean comme devant


dans notre igloo


allumer le barbecue.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans à vous
commenter cet article

commentaires

Stipe 12/03/2010 11:36


sache que je serai éternellement fan de ces mots, dussent tes yeux se cacher derrière des lunettes pour masquer ta malice.

tu m'as fait rire, encore.


hervé pinson 18/02/2010 00:01


ramage & plumage


Lilas Kwine 16/02/2010 12:46


Je profite de mon passage ici pour te souhaiter un très bel anniversaire, et ma grande admiration pour toi, tes écrits, ce que dégage tout ce que tu veux bien laisser apparaître, en guise de cadeau
intemporel.


Thierry Benquey 13/02/2010 16:30


J'ai ri devant cette cascade mots sans meme un point de respiration
Amitié
Thierry


Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche