Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 14:40

 

 

 

 

 

La maison n’est pas à vendre

 

 

 

 

 

Ne dit-on pas que la pluie cette année encore n’y pourra rien ?

 

Les nappes phréatiques glouglouteront à peine, le rare foin nouveau pourrira, les cheveux de Sophie ne boucleront pas plus, les containers plastoc de la commune mortelle se répandront sur le chiendent.

 

Au pied des Cévennes, entre le lit et la cuisine, un filet qui jure sur l’ocre passée des tomettes, la femme de Barbe-Bleue a beau frotter, ce rouge sang réapparaît. Soupirer et faire avec cette nouvelle veinule, peut-être étêter le micocoulier qui obstrue la vue sur les mines obsolètes.

 

En tout cas, dire aux gamins que maison de feu grand-mère vous verrez encore

 

chercher le pain à Cendras, à pied, une, deux, « en casquette à bouton doré… », ça use, ça use !

 

voir les guêpes se noyer dans le cul sucré de la bouteille, voir si un beau matin l’élytre éclot

 

s’ennuyer à fendre la pierre du maigre torrent

 

voir les conserves de champignons et de châtaignes pleines de poussière à côté du cubi de rosé de l’année dernière

 

hurler, mais de loin, contre les sangliers qui ont trouvé la faille de la barrière

 

tomber sur une croix de camisard dans le dernier tiroir du meuble à outils dans la soupente alors que je cherchais un tournevis pour décapsuler le pot de Bondex

 

retrouver  les enfants au torrent et les aider à rapporter les cailloux :

- tu vas voir, Manou, on va faire une chouette cabane avec les pierres et les bambous, tu voudras bien qu’on y dorme ?

- et les sangliers ?

- ah, oui… tu viendras dormir avec nous

 

ne savoir que faire du citronnier déplumé sous la véranda

 

au soir transformer la sueur en averse qui ne parviendra pas à renflouer la peau de chagrin ni celle de l’abricotier, ouvrir la fenêtre de la chambre des enfants endormis maintenant que la lumière électrique est éteinte et qu’une étoile de plus troue les Cévennes. 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans histoire de famille
commenter cet article

commentaires

elsa bosc 21/01/2012 22:34

Je n'avais pas lu. Emue oui. Maison de feu grand-mère vous verrez encore.
Eh Nono! Nono, Nono ! tu viendras n'est-ce pas, Nono, aider à porter des pierres et des bambous pour la cabane de Robin? Et si tu as une idée pour le citronnier.... baisers

emmanuelle grangé 22/01/2012 11:44



et Nono apprendra encore à Robin à cracher l'eau des bouteilles plastoc jusqu'au hamac, promis, juré et recraché !



anatole2011.over-blog.com 01/08/2011 18:46


ce qui passe,ceux qui passent
s'accrochent à la nuit
fendent le temps vif
des lieux de mémoire
c'est mélancolie
cette si belle averse


les cafards 30/07/2011 09:55


petit passage ici par des chemins détournés. Bizzz des cafards


J.M.G. Marco 15/07/2011 14:12


Une vie à la campagne. L'écriture sent la cheminée.


Lyonnel Groulez 13/07/2011 23:44


Les mots "maison" et "vendre" me renvoient toujours à deux chansons. L'une est connue, de Dick Annegarn, l'autre pas de Hugo Renard, qui en chante guère plus et ne connaissait pas la première. Un
chanteur connu dont il assurait une première partie le lui dit et moi, je lui fis écouter la chanson où se glissent quelques mots néerlandais.
Mais cette maison là n'est pas à vendre. Sans doute qu'elle n'est pas encore trop grande ou que les souvenirs y reviennent vivre encore.
Mais je suis trop loin déjà.


emmanuelle grangé 15/07/2011 11:27



ouf, j'ai échappé à "la maison bleue" !



Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche