Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 17:11

 

 

 

 

J’avais un air de bonne santé, j’avais lavé mes cheveux et, chose mirobolante, il me semblait tout entendre, tout voir. C’était curieux. J’avais peut-être la panoplie de la femme polie, la jambe  engageante, le sourire aux cheveux frais, nous en conviendrons. L’homme assis à côté de moi dit que j’avais les mains directes, je m’interrogeais deux secondes, plus maintenant quand je contemple ces mains, les miennes, ce dimanche 12 mai 2013,  et les constate derechef grandes, c’est tout. Il se leva, sortit assez vite de la tablée après avoir chuchoté trois fois à mon oreille, ne t’inquiète pas, l’énigme m’agaça, je dus lui dire : je ne suis pas sourde. L’autre homme, plus grisonnant, parla de mon pied chaussé, tout à fait normal à ma vue, effilé à la sienne. Soit.

J’écoutais, relançais la conversation. L’homme grisonnant, en ma diagonale, répondait à mes questions, par exemple, les cartes tirées sont-elles féminines, masculines ? Il n’éludait pas, prenait au sérieux mes interrogations, il avait raison, j’étais de toute curiosité. J’étais en face de ma chère Marie, vêtue de fleurs à peine dissimulées par une redingote marron, qui sollicitait depuis belle lurette une entrevue professionnelle avec ce liseur de cartes, en vain. Peut-être lui était-elle trop familière ? Je ne sais. J’écoutais les réponses de ce dernier, l’encourageais à les développer tant et si bien qu’il sortit du côté cœur de sa veste quelques cartes passablement usées, fit montre de sa dextérité, les ongles de ses petits doigts étaient joliment longs soignés pour le maniement, et les rangea.

Je rêvais au savoir cartomancien de l’homme en diagonale : je me demandais ce qu’il pourrait dire que je ne sache obscurément et qui m’accablerait  ou me soupirerait plus que l’aujourd’hui. Je passais la main dans mes cheveux – les boucles étaient serrées, je les enroulais autour d’un doigt comme une rassurance –, mes yeux fichés dans cette nuit de printemps frais, il y avait de l’à venir, grosso modo. 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans sans
commenter cet article

commentaires

Fragon sdb 12/05/2013 18:38

Ah ! Vois-tu .. Je tenais une conférence sur ton écriture dans la voiture alors même que nous nous en revenions de quelques heures à la campagne et voici que tu me donnais un exemple tout frais (
celui des tartines et du café ne me convenant pas :)
Comme je suis contente !!

patrick dreux 12/05/2013 17:41

Tu gardais une carte maîtresse, celle qui pointe la "terra incognita"...

le babel 12/05/2013 17:25

Des lames au tranchant aussi émoussé ne peuvent pas grand chose contre un coeur tendre, qu'un regard acéré vient armer.

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche