Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 16:22

 

 

 

 

Il ne la touchait pas, il disait, la forêt, en regardant sa chevelure. Il se plaçait face à la lumière, elle le lui avait demandé. Non, pas comme ça, comme ça je ne vois rien, décolle-toi de la fenêtre, avait-elle précisé. Il s’était légèrement reculé, elle avait déclaré tout net, tes yeux vert-lac.

Ils avaient envisagé un jeu de salon, à celui qui nommerait au plus près, à l’instant même, d’évidence, les meubles fondant de pair avec le jour. Le canapé-tigre, la table-pinasse, la chaise-bleu-lasure. Il fallait se dépêcher pour les bibelots ou autres résidents inanimés avalés en premier à cause de l’immeuble d’en face qui croissait devant le soleil : le prétendu-Lalique-libellule, le cendrier-lave-ignifuge, le coupe-papier-miroir, le coussin-par-terre-fougère, la latte-crevée-la-gueule-ouverte, le téléphone-crème-chocolat, le Bic-quatre-couleurs-rouge-foutu, c’est-quoi?-une-vis-rouillée, la coupe-de-fruits-morts-vifs. L’immeuble d’en face menaçant semblait acculer de plus en plus la femme et l’homme dans un coin-borgne-chaud de la pièce, ils s’y réfugiaient, ils se soufflaient le chemisier parme, les pantalons bistre-bureau, la jupe corolle, se dé-ceinturaient, plus pâles que bronze, il aidait la bretelle cuisse de nymphe émue à glisser. Au moment exact où le soleil magenta-demain-il-pleuvra fut pulvérisé par la façade champignon, l’homme et la femme étaient nus-beaux entre chien et loup ; mi-closes, leurs senteurs les submergèrent, les confondirent sans excuses.

 

 

 

 

 

.   

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans sans
commenter cet article

commentaires

le babel 18/05/2013 22:56

Quel étrange instant ! La page s’ouvre sur une négation, et se clôt sur une formule négative. Guillemets qui encadrent l’assentiment, à la façon d’une citation, une kyrielle de mots à dire, de
marronniers, mais en fleurs, tout un fatras venu au secours de la pudeur des sentiments.

soleildebrousse 18/05/2013 19:08

Pourquoi faut-il donc que la lecture soit comme un flash de lumière et éclaire comme une lance de feu le manque de ce qui existe là, entre l'ombre et le mur ? entre le soleil et les nuages ? entre
le corps de l'un, le corps de l'autre ?
Comme c'est beau cette idée de développer le mot.

patrick dreux 18/05/2013 16:37

Splendeur, feu d'artifice, et à la fin de l'envoi le naturel, si beau

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche