Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 14:01

 

 

Ça se terminerait et recommencerait ainsi jusqu’au point final :

une espèce de colère gonflait à en débrider toutes les côtes, les flottantes en proue, à moins que ce ne fût une douleur aussi grosse et passagère que celle de l’enfant

puis, un silence après avoir bâillonné les sirènes – certes, la tâche s’avérait sévère le premier mercredi de chaque mois

parfois, un gémissement ou un couinement précédant forcément le maniement parcimonieux, inaudible de la burette à huile 

ointe, la cage thoracique apaisée

le débitmètre au niveau moyen

l’évitement des lieux fréquentés, devenus hostiles, pire, larmoyants, comme on épluche les oignons, on fait sa soupe

à peine un souffle de vacance, déjà le regret de partance

des malédictions plantées comme des aiguilles, des points de croix en tapisserie, un calvaire pour le brodeur

un amer remarquable, une fuite en solitaire vers Cordouan

pas de quoi écrire un roman

nonobstant (bézef un rien précieux)…

chers instants

juste une trame de voile, une géhenne lancinante que le temps effilochera et romancera en différé du chaos.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans sans
commenter cet article

commentaires

Sybille de Bollardiere 02/03/2013 17:00

Je me réchauffe à cette trame de voile, à l'amer. Bel horizon à toi :-)

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche