Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 21:38

 

 

 

Il revenait d’un long séjour à Guadalajara. Il avait vécu à Dublin. Il était né dans le 12e arrondissement de Paris. Cet café a la perfection pour la remémoration, avait-il dit en s’asseyant. Il lui arrivait de buter sur un terme français, il sortait alors de sa poche une pépite d’or cuivrée, puis un petit dictionnaire. Il triturait l’une, feuilletait l’autre. Il semblait siffloter. Le serveur attendait pour poser le verre de Baileys car l’homme prenait ses aises avant d’exprimer en bouche une parfaite articulation du mot découvert. Il lisait. Il inspirait large s’aidant des bras et vidait, zygomatiques tendus, son sac. Alentour tout bruit cessait, happé par l’envergure volante et la vocifération finale, pointue de ce client, jusqu’au sirupeux fond sonore musical qui s’étranglait dans les baffles. Mais la plupart du temps, l’homme restait muet. Il regardait les gouttes tomber de son pardessus et de ma jupe, la boule à facettes tourner, pailleter les mains sur la table. Lorsqu’il se leva pour s’acquitter de l’addition, je crus entendre encore son impeccable Deirdre des douleurs ! résonner dans le froissé humide de sa gabardine ambrée.

(à suivre…)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans portrait
commenter cet article

commentaires

le babel 10/11/2011 18:34


évidemment…


Karnauch 10/11/2011 08:29


Belle clarté, les images se dégagent avec élégance.


hervé pizon 09/11/2011 22:07


déjà deux tomes et ce "froissé".


Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche