Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2014 7 17 /08 /août /2014 15:20

 

 

 

 

Le temps serait à l’affectation, je me dis, tranquille. Il pinaille, il joue de la lumière, il se voile, coquet. Je ne dis pas affèterie.

Je voyais par la fenêtre du bus menant à Fouras les carrelets sur la Charente – il m’arrivait aussi de prendre tôt le bateau à la Corderie et d’aller ainsi sur l’île d’Aix, parfois debout car d’autres promeneurs avaient posé leurs fesses encore plus tôt sur les quelques sièges au chaud et au sec, je voyais ainsi, à ciel ouvert, parfois pluvieux, avant les précautionneux, les carrelets peints, repeints ou désolés par la dernière tempête. Je voyais aussi l’enseigne de La Pataterie, jouxtant celle du McDonald’s, j’imaginais, moqueuse, j’avoue, pitoyables, les déclinaisons de ce féculent, sauté, en robe, en crème, entier, en cubes, sous vide, décoré thym ou curcuma, des frites, des frites ! disaient les petits pendant que les grands hésitaient entre la tartiflette et la reine des champs dans sa robe de sel beurre salicorne. Je voyais les nuages passer au-dessus du bus, qui restaient accrochés en terre alors que l’océan enfin dans un ultime geste rageur organisait son bleu vert huître pour le reste de la journée. J’enlevais mon pull-over en descendant place de la Mairie, je longeais la grande plage, c’étaient souvent les enfants qui m’arrêtaient dans la marche qui riaient sur le sable ou sous les jets d’eau intermittents du boulevard. Ou mes cheveux séchaient assez vite dès le vent chaud du ponton d’Aix.

 

Je ne pensais à rien, je te jure, face à l’océan épuisé par la cyclothymie du temps, j’enfilais mon pull avant de reprendre le dernier bus ou le dernier bateau, il n’était pas question qu’un refroidissement m’empêche le lendemain de reprendre mon regard sur la Charente, l’océan, de les humer si versatiles.  

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans sans
commenter cet article

commentaires

Sybille de Bollardiere 19/08/2014 18:00

Dès demain je vais rejoindre une mer qui me réservera elle aussi, son bleu vert huitre pour les fins de journée... Mais que j'aime tes îles ou tes mots !

anatole2011.over-blog.com 18/08/2014 16:15

ne penser à rien, mais prévoir
se garder un lendemain d'odeurs et de regards

l e b A b e l 17/08/2014 18:32

Les cheveux roux assèchent bien les soleils se couchant.

Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche