Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 15:33

 

 

 

 

il me tardait de te parler

tu ne répondais plus

je me taisais

je dis :

une truite a glissé

entre mes mains malhabiles

je n’ai pourtant rien perdu

de mon ouïe

il me semble entendre

le raclement des écailles

et surtout tes branchies

à la voûte

ça bat, ça bat

le vent de la Réunion,

la terre d’Algérie,

entends ma joue ici

un rai de soleil la rougit

la tienne m’apaise

ce sont tes mots qui me manquent

jamais ton corps qui me happa

que je sais

lorsque je le découvris

sous la pierre plate du ruisseau dévalant

monts et ruines

riante si riantes !

la mort ne sera jamais

nous ferons avec

pas peu fières, hein

habiba, tu dis

habiba, je réponds

à la voûte étoilée,

 

 

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by emmanuelle grangé - dans la nuit
commenter cet article

commentaires

Sybille de Bollardiere 03/01/2014 21:08

Ta musique toujours et plus encore ici. Plein de voeux en ces premiers jours de janvier.

Seb 03/01/2014 20:07

Ses mots toujours en tête,

l e b A b e l 03/01/2014 16:25

Je te lis :alors des souvenirs se ruent en moi.
La parole se reconnaît à ce qu'elle fait parler l'écoute.
Le reste est du bruit, parfois à la mode.

emmanuelle grangé 03/01/2014 16:44



vous demeurez quelques uns, très peu à tendre, l'essentiel



Présentation

  • : chantier traverses emmanuelle grangé
  • chantier traverses   emmanuelle grangé
  • Contact

Recherche